Ce que la science sait de la mort dixit Science & Avenir

fleur rose jauneUn magazine de vulgarisation scientifique avec un titre pareil en couverture, je ne pouvais décemment passer à côté.

Ce dossier a le mérite de faire le point sur les différents aspects et critères de la mort telle qu’elle est appréhendée au niveau scientifique, et force est de constater que même pour les hommes et femmes de science la définition de la fin de la vie n’est pas simple. Au-delà, sans vouloir faire de jeu de mot, des critères consensuellement admis qui concernent le duo cœur-poumons et le cerveau, chaque pays légifère à sa guise sur les tests biochimiques et mécaniques à réaliser avant d’établir un décès, et surtout sur les délais après lesquels on peut légalement constater un décès. Le profane peut légitimement s’interroger : « Y aurait-il plusieurs morts ? ». Je vous passe les détails sur la rivalité version course à l’échalote entre les progrès techniques entre autre de réanimation et de maintien de la « vie » et les interrogations philosophico-sociétales qu’ils engendrent. L’article l’explique très bien. Tant qu’à être dans le sujet ils enchaînent en vous parlant de la mort physique telle qu’elle se passe au niveau des cellules. Je déconseille cette partie du dossier aux anorexiques…. Et pour éviter que vous fassiez une dépression après avoir tout lu ils essaient de terminer sur une note positive en vous expliquant le cas de cette petite méduse « immortelle » qui a récemment défrayé la chronique en émoustillant les accros des cures de rajeunissement. Concrètement cette petite méduse(Hydrozoaire) est capable de revenir à un stade qualifié de juvénile pour recommencer le cycle et ce à plusieurs reprises. Il va falloir un moment avant de passer de la méduse à la pilule miracle anti vieillissement mais quand même… Imaginez votre grand père redevenu adolescent piquer le MP3 de la petite dernière et les clés du scooter de l’aîné pour aller draguer la petite amie du second… Il se réincarne quand Freud ??? Pour vous dire jusqu’où vont le déni et le refus de la mort il paraît que certains néerlandais se font incinérer pour être ensuite transformé en diamant. Ben oui, c’est du carbone… Morbide le recyclage !!! « Euh … Quand tu dis que c’est ta mère tu veux bien dire qu’il s’agit de sa bague de fiançailles ? ». Les psys vont avoir du grain à moudre. Celui que je préfère c’est Mr Maurice Godelier, ethnologue au CV confondant : Directeur d’études à l’Ecole des hautes études en sciences sociales, ancien directeur du Département des sciences de l’homme et de la société au CNRS, ancien directeur scientifique du Quai Branly, médaille d’or du CNRS en 2001. Quand on demande à ce monsieur où va-t-on après la mort, voici sa réponse : « Nulle part, elle n’est pas la fin de la vie ».

Comme quoi les médiums ne sont peut-être pas une bande d’hurluberlus…

Amandine Roy.

Source : Science & Avenir N°=777 de novembre 2011

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :