Comment savons-nous que nous sommes morts ?

0030b9c5Le dossier du mensuel « La Recherche » de ce mois de novembre commence par ces mots : « mort et conscience se chassent et s’excluent réciproquement », citation de Vladimir Jankélévitch, Déjà là, je ne suis pas d’accord.

Le corps physique n’est qu’un véhicule temporaire, une sorte de vêtement, pour ce qui constitue la réalité de notre être.

Le corps physique n’est pas la réalité de notre être.

Nous l’utilisons, nous l’habitons, pendant un certain temps, que ça.

Ensuite, pas besoin d’attendre d’être décédé pour s’éloigner de ce vêtement matériel, interface nécessaire pour agir et expérimenter dans le monde physique.

Les sorties hors du corps, ils croient que c’est quoi ?

Et les NDE ?

Ces derniers temps, encore, j’ai eu l’occasion de constater qu’une personne en fin de vie, du fait de la dégradation du corps physique, des médicaments, ou autre, passe de plus en plus de temps encore de son corps, encore reliée par la fameuse corde d’argent. Une personne qui est partie il y a seulement quelques jours est venue me dire au revoir il y a plusieurs semaines, évidemment sans son corps physique. C’est pour ça, qu’en tant que médium il arrive régulièrement que j’explique que l’âme s’était dégagée avant le dernier souffle. La mort dans ces cas précis consiste en la rupture de la corde d’argent qui marque la rupture définitive de la réalité de l’être avec ce qui lui a été utile quelque temps, ou plus longtemps, le corps physique.

Sans vouloir porter atteinte à l’auteur de cette citation, celle-ci est hors-sujet.

La partie du dossier qui m’a le plus intéressée est celle sur les frontières mouvantes de la mort.

Les grandes améliorations des techniques de réanimation ont obligé depuis les années 60 à réviser plusieurs fois les critères médicaux physiologiques, ainsi que le délai d’attente, permettant de déclarer officiellement le décès d’une personne, comme s’il pouvait y avoir plusieurs sortes de mort physique…

L’auteur de l’article rappelle qu’aujourd’hui nous en sommes à un stade où se multiplient les « états où l’on n’est pas encore mort, mais pas non plus en vie ».

Les conséquences sont concrètement dramatiques pour les services de greffe et les personnes qui en attendent une. Et en même temps, qui aurait envie de se faire prélever sans auparavant être réellement mort physiquement ? Et la culpabilité des proches…

Bonjour le choix de Salomon !…

Circonstance aggravante, si vous me permettez l’expression, l’hypothermie thérapeutique maintenant développée, pour certains cas spécifiques, permet de refroidir le corps jusqu’à « suspendre le métabolisme, surtout le métabolisme cérébral, pendant quelques heures », pour mieux soigner.

Où donc qu’elle est la conscience pendant que le cœur ne bat plus ?

Ce contexte complexifié a engendré un nouvel axe de recherche : « traquer les signes de la conscience », avec cette question obsédante : « comment être sûr qu’une personne est vraiment dans un état végétatif ? »

Vive les techniques d’imagerie de pointe !

C’est en observant les réactions et les absences de réactions cérébrales à divers stimuli, que des chercheurs mettent au point des processus d’investigation visant à détecter « des patients en état de conscience minimale », parmi les patients que l’on « croyait en état végétatif ».

Tout le monde peut comprendre l’intérêt de cette distinction.

Le point qui personnellement m’inquiète est que ce diagnostic individuel est réalisé par un logiciel appelé « Comasoft ».

Imaginez des hackers en train de le bidouiller…

Vous trouverez également dans ce dossier des statistiques édifiantes sur la fin de vie en France, et un article sur les premières sépultures révélant une conscience de sa propre fin, et d’un au-delà.

Le dossier est très instructif et accessible, indépendamment de la citation en préambule de Jankélévitch que je trouve maladroite. Elle ne retire rien au reste.

Vous pourrez encore trouver ce mensuel demain dans toutes les bonnes crémeries, alors bonne lecture à vous.

Amandine Roy.

(27/11/2014)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s