Ne pas confondre la douleur de l’absence avec la personne défunte

fleur_08Cela peut paraître simplet mais c’est un classique tellement récurrent que j’insiste à nouveau sur ce point.

Des personnes plongées dans une grande douleur suite au départ d’un proche, paradoxalement, s’accrochent à cette douleur comme si c’était la dernière chose qui leur restait de ce proche. Cette confusion illusoire et pas toujours consciente entre la douleur de l’absence et le proche disparu fait qu’ils auraient l’impression d’être abandonnés une seconde fois s’ils laissaient diminuer puis partir la douleur. De plus l’impression au moins aussi illusoire de trahir et de ne plus aimer assez en ne souffrant plus va de pair.

Il n’y a pas d’abandon puisqu’ils sont toujours vivants, différemment certes mais toujours vivants.

Et il n’y a aucune raison légitime de prolonger la douleur, je n’ai rencontré aucun défunt qui le souhaite à ses proches.

Bien sûr je ne cherche pas à faire la morale à toutes les personnes en deuil, la douleur initiale inhérente à la perte d’un être cher est très compréhensible, je dis juste qu’il n’y a aucune obligation de quelque nature que ce soit d’y rester définitivement.

Vous avez le droit de passer le cap.

Amandine Roy.

(avril 2013)

Publié par

Amandine Roy médium

Médium Conférencière Auteure

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s