Entraînement médiumnique N°=1

32-grands-arbres-pour-situation-isolee

La pédagogie permet le recul de la méconnaissance et favorise votre autonomie.

Aujourd’hui je lance une nouvelle catégorie d’article avec le titre ci-dessus : « Entraînement médiumnique », dont voici le premier.

Pour vous situer le contexte, j’ai décidé de rajouter deux derniers exercices au stage de samedi dernier bien que ce soit le stage N°=1. Je les sentais bien mes stagiaires du jour. En effet des profils divers, l’après-midi a été très intéressant.

Et le tout dernier exercice était cette question : « Le prochain attentat en France… »

Ce questionnement concentre à lui seul les difficultés liées à l’exercice de la médiumnité. Le médium étant son propre outil, avec toute la subjectivité qui lui est propre, se trouve directement confronté à toute la bassesse et la violence dont sont capables certains êtres humains, et mécaniquement il se trouve aussi confronté à toutes les émotions et sensations que ça déclenche chez lui, ou elle ; et paradoxalement c’est un des sujets qui nécessite le plus de détails concrets ou à tout le moins des informations concrètement utiles.

Les professionnels susceptibles d’être les destinataires, pouvant être amenés à intervenir en amont pour tenter d’éviter, c’est quand même l’idéal, ou au moins à contenir et à exploiter à fond les pistes pour en éviter d’autres, eux se fichent des émotions et des sensations du médium ou de la médium.

Énervant par moment, mais logique.

Et cette double contrainte de soi et de la nécessité d’informations concrètes, si vous ne vous y frottez pas, vous laisse au milieu du gué avec tous vos doutes y compris sur vous-même le maximum émotionnel qui va avec et après coup avec la culpabilité.

D’où l’intérêt de s’exercer.

Au moment où j’ai écrit cette dernière question sur la trame du stage il m’a été précisé : « La guerre avant le gros attentat ».

Au moment de l’exercice en lui-même que j’ai fait avec les stagiaires il a été ajouté :

« Quelque chose en octobre de petit. En novembre exactions. Attentat que attentat pas avant 2019. Pas Paris mais presque. Pas de grandes installations, les gens. Pas de bombes mais explosif. Très traître. Des Allah akbar. Que deux. Un qui surveille un qui fait. Très jeune, vraiment très jeune, presqu’un enfant. Pas turc mais assimilé. De la petite fille déchirée de 5 ans. Il s’explose pas de procès. L’autre plus lâche, plus âgé, plus barbu, impossible à décoincer. Il ne parlera pas non plus. Tout un réseau derrière il ne dira pas. Salah Abdelslam. Deux, l’un à la suite de l’autre.. Des dirigeants. Des banques. Des banques d’affaires. Des tours presque jumelles. Le quartier est identifié. »

Ce sont des facultés.

Plus on fait plus on sait faire.

RDV au prochain entraînement.

Amandine Roy.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :