Question gratuite N°=9 du mercredi 28 mars 2018

Tulipe 11

« Nous vivons ensemble depuis 25 ans […] Que devons-nous faire ensemble ? », ALM…

Par principe dire que le masculin est plus fort, plus puissant, dominant, etc… c’est erroné. L’expression de la force féminine est différente, aucunement inférieure.

Vous reprenez l’exemple du symbole du yin et du yang, reprenons-le jusqu’au bout. Le principe féminin n’est-il donc pas également conformé et important comparativement au masculin ?

Pour qu’il y ait équilibre les deux doivent être également exprimés, pas similaires car chacun dans son expression propre, mais également exprimés.

Concrètement le souci c’est que depuis des lustres on explique aux petites filles qu’elles sont inférieures, discours venant aussi de leur propres mères directement ou indirectement… à un tel point qu’on en finit par s’autocensurer nous-mêmes avec des automatismes tellement ancrés qu’on ne les identifie plus.

Paradoxalement lorsqu’une femme ouvre son coeur et ses pensées à la spiritualité, prenant conscience entre autres que la vie ne s’arrête pas au trépas du corps physique, au sens commun du terme, au lieu de se délivrer de tous ces vieux schémas pour exprimer librement sa féminité non inférieure, elle en arrive à envisager, pas toujours consciemment, l’au-delà comme une échappatoire lui épargnant le « combat ».

Certains représentants du genre masculin ne laissent pas le choix, mais là c’est un autre contexte.

En dehors d’une situation qui très directement devient une question de survie, les femmes sont nombreuses quand même à envisager la cohabitation comme un combat.

L’erreur est justement là.

Il n’y a pas seulement d’un côté les guerrières qui devraient battre les hommes avec leurs propres armes parce que c’est la seule chance d’exister, et à l’extrême inverse les filles biens pour qui le combat est inenvisageable et préféreraient par « choix » être d’éternelles victimes, allant pour certaines jusqu’au sacrifice ultime parce qu’il serait plus noble de mourir.

Non. non. Et non.

Bon sang autorisez-vous à être pleinement la femme très féminine que vous êtes, une bonne fois pour toute.

Il ne sera pas toujours content ! Et alors ?… Il y survivra très bien surtout s’il vous aime.

Votre vie de couple ne tournera plus exclusivement autour de son astre masculin ! Et alors ?… Qui vous dit qu’il n’y a pas des choses qui vont lui plaire ?

Et je ne parle pas de combat. Il s’agit de vous autoriser vraiment et concrètement, en posant des décisions et des actes au quotidien, à vivre pleinement votre féminité non inférieure ; non pas pour le contrarier ou le rabaisser mais parce que vous aussi vous comptez.

Autorisez-vous à vivre pleinement, indépendamment de ses priorités et de ses goûts à lui.

Votre relation ne pourra que s’en enrichir.

Affectueusement,

Amandine Roy.