Question gratuite N°=10 du jeudi 29 mars 2018

Tulipe 12

« … je suis très  attachée à A… Homme  indépendant  et introverti  concernant ses sentiments.  Dois-Je prendre du recul ou puis-Je  croire à notre histoire. .merci Amandine », ACH…

C’est beaucoup une question de critères, et de comment vous appréciez la « normalité » d’une relation. On ne me parle pas de rapprochement, ni de réchauffement, plutôt de refroidissement.

Mais vous restez tout de même très attachée à lui.

De toute évidence c’est un homme blessé qui n’est pas contre le fait d’avoir une relation suivie mais qui a besoin de respirer. Cette partie-là n’est pas directement liée à vous en dehors du fait que vous en subissez les conséquences.

Il a été précisé cahin-caha.

Cependant on ne me parle pas de fin.

Je ne me permettrai pas de vous dire si vous devez prendre du recul ou non. Cette décision vous appartient.

Si votre relation finissait par devenir plus « standard », ce ne serait pas avant un certain temps.

Bon courage à vous,

Amandine Roy.

Question gratuite N°=9 du mercredi 28 mars 2018

Tulipe 11

« Nous vivons ensemble depuis 25 ans […] Que devons-nous faire ensemble ? », ALM…

Par principe dire que le masculin est plus fort, plus puissant, dominant, etc… c’est erroné. L’expression de la force féminine est différente, aucunement inférieure.

Vous reprenez l’exemple du symbole du yin et du yang, reprenons-le jusqu’au bout. Le principe féminin n’est-il donc pas également conformé et important comparativement au masculin ?

Pour qu’il y ait équilibre les deux doivent être également exprimés, pas similaires car chacun dans son expression propre, mais également exprimés.

Concrètement le souci c’est que depuis des lustres on explique aux petites filles qu’elles sont inférieures, discours venant aussi de leur propres mères directement ou indirectement… à un tel point qu’on en finit par s’autocensurer nous-mêmes avec des automatismes tellement ancrés qu’on ne les identifie plus.

Paradoxalement lorsqu’une femme ouvre son coeur et ses pensées à la spiritualité, prenant conscience entre autres que la vie ne s’arrête pas au trépas du corps physique, au sens commun du terme, au lieu de se délivrer de tous ces vieux schémas pour exprimer librement sa féminité non inférieure, elle en arrive à envisager, pas toujours consciemment, l’au-delà comme une échappatoire lui épargnant le « combat ».

Certains représentants du genre masculin ne laissent pas le choix, mais là c’est un autre contexte.

En dehors d’une situation qui très directement devient une question de survie, les femmes sont nombreuses quand même à envisager la cohabitation comme un combat.

L’erreur est justement là.

Il n’y a pas seulement d’un côté les guerrières qui devraient battre les hommes avec leurs propres armes parce que c’est la seule chance d’exister, et à l’extrême inverse les filles biens pour qui le combat est inenvisageable et préféreraient par « choix » être d’éternelles victimes, allant pour certaines jusqu’au sacrifice ultime parce qu’il serait plus noble de mourir.

Non. non. Et non.

Bon sang autorisez-vous à être pleinement la femme très féminine que vous êtes, une bonne fois pour toute.

Il ne sera pas toujours content ! Et alors ?… Il y survivra très bien surtout s’il vous aime.

Votre vie de couple ne tournera plus exclusivement autour de son astre masculin ! Et alors ?… Qui vous dit qu’il n’y a pas des choses qui vont lui plaire ?

Et je ne parle pas de combat. Il s’agit de vous autoriser vraiment et concrètement, en posant des décisions et des actes au quotidien, à vivre pleinement votre féminité non inférieure ; non pas pour le contrarier ou le rabaisser mais parce que vous aussi vous comptez.

Autorisez-vous à vivre pleinement, indépendamment de ses priorités et de ses goûts à lui.

Votre relation ne pourra que s’en enrichir.

Affectueusement,

Amandine Roy.

Question gratuite N°=8 du vendredi 23 mars 2018

Tulipe 10

« JE VOUDRais savoir pour le domaine professionnel… merci », C…

C’est chaotique. Pas de procédure officielle de changement d’orientation, mais envisagé. Stage. Le commerce n’est pas le meilleur pour toi. Ça va se dégager complètement en 2020. Petits boulots avant. Mi-temps. Beaucoup d’énergie pour pas grand chose. Très décevant. Accroche-toi, la stabilisation viendra.

Amandine Roy.

Question gratuite N°=7 du vendredi 23 mars 2018

Tulipe 08

« Je me permets de vous poser une question à propos de mon mari […] je souhaiterais savoir si il va s’apaiser etre plus serein ??? ça devient lourd pour moi », C…

Pas dans les deux ans. Je n’ai pas le droit de mentir aussi je dois préciser que le mot calvaire a été prononcé et que l’on m’a parlé de risque de passage à l’acte. N’oubliez pas qu’il y a le mot risque avant passage à l’acte. On m’indique également clairement le mot médicament. Évidemment je ne suis pas médecin mais on me fait comprendre qu’il a besoin d’un accompagnement par des professionnels de la santé.

Vous concernant il a été dit : « presque sainte ».

De tout coeur avec vous.

Amandine Roy.

Question gratuite N°=5 du mardi 20 mars 2018

Tulipe 06

« J’ai perdu ma maman le 04 avril […] je voudrais simplement savoir si elle va bien à présent et si, de l’autre côté, elle pense à nous. Je n’ai pas de signe particulier ou je ne les identifie en tant que tel, peut-être. », M…

« C’est récent. N’attends pas un discours maintenant. C’est ton père qui parle. Les encoignures on connaît. Les dégâts on connaît. Attends-toi à du temps avant que s’exprime ta maman. »

Je sentais bien qu’elle ne pouvait pas s’exprimer, là c’est confirmé.

Elle est beaucoup dans la cuisine. Elle se partage entre la cuisine et le salon. Elle essaie de tout bien comprendre. Elle aime bien les plantes. Elle écrit au tableau. Une sorte de retour en enfance lui est nécessaire pour réparer. Dans 8 mois elle pourra s’exprimer.

Amandine Roy.

Question gratuite N°=4 du jeudi 15 mars 2018

Tulipe 05

« Donc ma question est au sens large : ma patience est-elle mise à l’épreuve en attendant que les choses se mettent en place pour un avenir meilleur ; ou dois-je modifier mes projets notamment professionnels sur Angers ? », S…

« Ses épreuves de vie ne sont pas finies, ce n’est pas la plus importante. Tiens ma fille. »

Plus spécifiquement , la réponse à votre question est : les deux.

Dans ce milieu plus que d’autres il y a les mots que l’on dit devant vous, rarement les mêmes voire pire en dehors de votre présence, il y a aussi les sourires empathiques de façade… et après il y a la réalité des faits.

Se dire avec vous pour ne pas être seul, parce que vous avez des compétences qui attirent, parce que vous amenez un carnet d’adresses qui intéresse, ne sont absolument pas des garanties pour vous in fine de pouvoir en vivre comme d’un travail à temps plein.

Malheureusement cette question est représentative d’une tendance à la mode.

N’oubliez pas d’identifier les intérêts pécuniers eux des personnes qui vous appâtent en prétendant vous lancer ou participer de votre lancement dans l’appréciation objective autant que possible de votre situation.

En fait il y a deux questions dans votre question : celle concernant la pratique et celle concernant une rémunération digne et correcte.

Est-ce que vous pouvez pratiquer, oui bien sûr. La question de vos capacités ne se pose pas. On m’a parlé d’EHPAD.

Est-ce que vous pouvez espérer une rémunération comme celle d’un travail à temps plein, clairement non.

Après votre vie vous appartient.

Un travail classique, plus classique en tout cas, vous ferait du bien.

À vous de décider.

Amandine Roy.