Crimes et disparitions

l302561_hd01699901

Pendant longtemps je l’ai déjà reconnu j’ai évité de me mêler, même uniquement de manière complémentaire car bien sûr je ne suis pas enquêteur, des enquêtes en cours.

Je me suis là aussi déjà expliquée.

On m’a fait revenir sur mon refus.

Et là depuis quelques jours ça n’arrête pas de revenir, aujourd’hui encore plus fortement : « police », « crime », image de gendarme, image de militaire, l’autorité, la défiance par réflexe des professions comme la mienne… toute la panoplie sans vouloir vexer.

Les policiers et gendarmes qui ont fait appel à mes services jusqu’à présent l’ont fait dans le cadre d’une démarche privée, mêmes ceux qui en ont fait bénéficier leurs collègues par le biais du haut-parleur.

Ce cas de figure n’a donc jamais dépassé le cadre privé avec eux.

Quant aux familles des victimes, la période d’évitement m’a sans doute fait sortir des radars. Veuillez m’en excuser.

Je ferai tout mon possible.

Vous pouvez appeler.

Amandine Roy.

Suite à l’article : « À mon grand regret » voici la photo de la page sur laquelle j’ai rédigé les informations que j’ai transmises aux enquêteurs.

Disparition Maëlys