Plus d’Internet… Pas de direct

SURPRISE 🤡

Depuis l’heure de midi j’essaie de récupérer ma connexion Orange suspendue pour impayé… Pour une facture que j’avais payé… Pile cette semaine… M’empêchant de fait de vous faire l’émission que pourtant j’ai préparé.

Je vous la fais dès que je peux.

Si c’est pas rétabli à 10h00 demain matin je vous l’enregistrerait pour que que vous ne soyez pas en plus privés du replay.

🤬🤬🤬

Amandine Roy.

Macron assassin

Vous prétendez encore être des journalistes lâches que vous êtes.
Vous êtes déplacés en masse le 12 août dernier pour un barnum organisé par des autorités locales parmi lesquels certains sont pénalement coupables envers moi, des personnes qui se couvrent judiciairement et médiatiquement de ce fait en vous présentant exclusivement leur version à mon sujet, sans chercher à m’entendre moi.
Et lorsque moi sujet principal de votre venue massive je vous invite pour vous donner ce qu’ils ne vous ont pas donné vous ne prenez même pas la peine de vous déplacer bande de lâches.
Macron en train de fanfaronner sur le Tour de France, story telling tellement plus urgent, va pouvoir continuer d’engendrer la mort des citoyens français, peut-être même que vous l’aiderez obséquieusement à encore frauder massivement les prochaines élections tellement la gamelle est meilleure que de prendre la peine de faire votre boulot.
Rassurez-vous, grâce à vos bons services Macron va pouvoir tranquillement finir de me crever en toute impunité, peut-être méme que moi la victime je vais faire de la prison pendant que ce criminels et ses criminels associés continuent de vous “diriger” parce que je vais commettre le crime de lèse majesté dans cette République des soi-disant droits de l’homme qui protège soi disant la libre expression de dire la vérité.
Je vous désigne comme coupables.
Coupables de ce qui m’arrivera ensuite.

Voici les informations que j’avais prévu de vous communiquer exclusivement aujourd’hui, et qu’à cause de votre lâcheté je vais devoir diffuser ici.

4 sujets, 4 personnes.

I La voisine du dessus

   Dans la nuit du 31 août au 1er septembre dernier, j’ai encore été réveillée par une conversation très prolongée dont de toute évidence j’étais encore le sujet. J’en ai tellement ras-le-bol que j’ai d’abord essayé de faire abstraction, à force je suis aller ouvrir ma fenêtre pour demander aux squatteurs d’aller plus loin. Sauf qu’il n’y avait personne à proximité. En refermant la fenêtre je me suis rendue compte que ça venait de l”appartement du dessus. Dans leur effort peu discret de discrétion je n’avais pas reconnu sa voix.

Deux passages ont retenu mon attention. Le premier c’était pour dire à son interlocuteur masculin : “Elle dévoile tout”. Ça fait huit ans que ça dure elle participe activement de ce que je subi depuis des années, je n’ai que ma voix et la vérité pour me défendre et celle-là se plaint que je dévoile tout ! Un comble. Obligée d’entendre ça de mon lit. Le seul point positif sur cette déclaration c’est la confirmation que je dis bien la vérité dans l’émission  :”M497 Statégie de renseignement” à laquelle elle faisait référence. Son deuxième passage m’a sidéré, mais comme ça fait huit ans que je subis sans que ce soit réellement reconnu et que le personnage en question n’a toujours pas fait un seul jour de taule… De sa propre bouche, elle qui est la nièce de Florence Hubert, a reconnu que sa tante s’est aperçue depuis le début que je lui suis supérieure et que tout a commencé par ça.. La Florence Hubert justement, avant que sa nièce emménage, à plusieurs reprises en se forçant à piquer des fous rires très sonores pile sur le pas de la porte de la librairie pour être sûre que j’entende se vantait avec force vantardises que sa nièce allait emménager et qu’elle était très remontée, que j’allais voir ce que j’allais voir. De fait dès son emménagement elle a été très agressive et harceleuse, se faisant aidée par ses copines pour en faire plus contre moi. Un de leur jeu était de passer des heures à vomir sur mon nom assises sur la terrasse de la crêperie d’à-côté pour que les passants en “bénéficent au maximum”… D’ailleurs le logement qu’elle occupe juste au dessus a été acheté par ses parents à la fameuse famille Poiroux, TRÈS présente dans le dossier, il y a eu mort d’homme et même ça vous ne vous êtes pas soucié. Et quand elle a choisi un métier Ô surprise, elle a choisi une carrière étatique où Ô surprise elle a été chargée de moi…. Sa tante ça suffisait pas.

Elle a construit sa vie sur la destruction de la mienne.

Même elle dans la nuit du 31 août au 1er septembre dernier a reconnu volontairement de sa propre bouche que Florence Hubert a su depuis le début que je lui suis supérieur et que tout a commencé par ça.

II Jean-Christophe Varet

   Ce monsieur au passé étatique actif évident était le gérant de l’établissement : “Le Duplex”, établissement qui a précédé le restaurant : “Aux Petits Prés” place du Ralliement à Angers. J’y ai mes habitudes pour aller écrire tranquille devant un café crème. Ce que je continue… Comment il est difficile de me trouver !…

Du fait de son profil et de la situation qui était la mienne, sa volonté de récolte d’informations était là aussi évidente. Aussi j’ai longuement botté en touche en réponse à ses demandes de consultations. Qu’il a continué. J’ai fini par céder mais à ce moment-là j’ignorais encore à quel point il est lourdement impliqué et lourdement coupable de tout ce que j’ai subi. Comble de l’ironie, s’il y en a bien un qui me doit d’énormes mercis c’est lui.

À l’usage j’ai constaté qu’il fréquentait la librairie, puis qu’il la fréquentait vraiment régulièrement. Je l’ai chopé il y a seulement quelques jours, il continue encore. Il est son référant, et cette proxénète continue d’etre une référence des services locaux. Vous appelleriez ça comment vous ?

Anne-Lise Mazet ou quelque soit le nom avec lequel elle se présente maintenant, a pour point fort de ne pas en avoir, d’être passe partout avec un côté BCBG, qu’à l’air de ne jamais y toucher. Grâce à ça cela fait huit ans qu’elle fait gober les pires insanités à mon sujet, y compris a des journalistes qui se sont précipités encore et encore depuis toutes ces années pour bénéficier de ses “bonnes paroles”, des personnes pourtant pas crétines de base et qui pourtant à chaque fois ont tout gobé sans prendre la peine de vérifier. La proxènète qui a détruit ma vie sert de référence à mon sujet depuis des années aux services de l’état et aux journalistes. Et ça continue.

Alors qu’elle et sa merveilleuse copine Florence Hubert sont à l’origne chronologiquement et autrement de tout ce que j’ai subi depuis, depuis et toujours en totale impunité, elles ont en plus porté plainte contre moi pour diffammation, une plainte que le tellement réeellement débordé procureur d’Angers a très miraculeusement trouvé le temps de très rapidement traiter, j’ai été auditionnée. Il a été officiellement établi qu’elle a menti, en plus sur des nuisances que moi je ferais, venant d’elle ce serait presque un sketch, mensonge pour lequel s’il n’avait pas été établi qu’elle mentait, elle aurait pu ensuite s’en servir juridiquement pour me faire chasser de l’immeuble… toujours l’instrumentalisations des autoirités et de la justice… toujours la même obsession de me chasser de l’immeuble.

Voilà messieurs dames ce qui vous sert de source crédible depuis des années à mon sujet. Vous comprendrez que je n’applaudisse pas.

Ce Jean-Christophe Varet a très récemment changé de comportement envers moi. Apparemment il a été briefé sur la lourdeur de sa culpabilité dans le dossier car il ne supporte plus de me croiser. Ce type au minimum ancien sous-officier voire officier des forces spéciales ou autre organisation militaire de type commando tremble quand il me voit. Et beaucoup en plus.

Et bien il continue quand même. Comme je le disait précédemment je l’ai chopé il y a seulement quelques jours, il allait encore à la librairie. Avec la chaleur mes fenêtres étaient ouvertes. Il s’est arrêté juste avant en s’apercevant que je l’avais aperçu. Il portait un T-shirt de fondu de muscu d’un jaune fluo tellement péteux qu’il aurait presque fallu des lunettes de soleil pour le regarder… Oui je l’ai vu.

Du coup il resté planté là à faire semblant d’avoir brusquement besoin de réfléchir au milieu de la rue et remettant ses cheveux en place… genre il en a beaucoup… Évidemment au vu de ce grossier stratagème et de la preuve encore renouvelée qu’il est un référant toujours actif, je suis restée le regarder exprès.

Il a trainé encore et a fini par repartir genre non j’y allait pas… mon oeil…

Aucune excuse. Aucune audition. Et en plus il est tpujours en poste et toujours référant actif. Il s’appelle Jean-Christophe Varet.

III Martine Fernandez

   Au début elle s’est intéressé à moi du fait de ses centres d’intérêts personnels, et à ce moment-là elle travaillait toujours officiellement pour l’Assemblée Nationale.

Si mon souvenir est exact le changement a eu lieu entre la 2nde et la 3ème consultation. Au prétexte de difficultés à s’inscrire en ligne elle a absolument voulu qu’on se parle avant par téléphone. Et alors qu’elle sait très bien que je demande toujours aux gens de ne rien m’expliquer avant et qu’en plus je le lui rappelais, voilà qu’elle se met à persister à vouloir me raconter sa life, tellement elle voulait être sûre que je la reconnaisse… Ça déjà c’était louche telllement elle persistait. Pour mettre fin à la séance quand je me suis rappelée d’elle j’ai précisé une anecdote pour lui en donner la preuve et pouvoir raccrocher. Je lui ai rappelé que nous avions plaisanté sur le budget coke de l’Assemblée Nationale pour réussir à supporter le rythme de travail imposé par Macron. Là… un froid sibérien accompagné d’un long silence. Et elle change du tout au tout. Et comme si ça ne suffisait pas elle en remet une couche en insistant très fortement pour que je la joigne sur une autre boîte mail exclusivement alors qu’elle ne fermait pas celle précédemment communiquée… Vu qu’elle n’était pas la dernière à envoyer des piques… avant… pas besoin de plus pour comprendre que l’historique de la première devait être sérieusement encombrant pour ces nouvelles fonctions me concernant… Et puis en cas de vérif ultérieures…

Oui son retournement je le connais depuis ce jour.

Sa dernière consultation a eu lieu le 29 juin dernier à midi. Uniquement parce que mon ancien système de réservation ne me permettait pas de refuser. Il enregistrait directement. Malgré cela j’ai bien failli la supprimer tellement ça fait longtemps que j’en ai ras-le-bol. Et j’aurais mieux fait, la suite m’a donné raison.

À la toute fin de cette consultation, alors que j’éloignais le téléphone pour appuyer sur raccrocher, voilà qu’elle me relance sur un sujet qui n’avait absolument rien à voir avec sa consultation qui était complètement finie… ma web TV… “Il faut que tu te calmes”… “Il faut que tu te taises”… “sinon tu vas avoir des dérangements”…

Entre son profil, son retournement, le moment choisi pour me balancer ça dans la figure, en plus du ton sur lequel ça a été fait, évidemment c’était des menaces directes. Je vous laisse apprécier le cynisme et l’hypocrisie du moment : “Moi j’ai seulement parler de dérangement”.

J’étais ulcérée. Je lui ai répondu que je dis la vérité, et que jamais j’arrêterai de dire la vérité.

Elle a enchaîné en ironisant sur le refrain : “Tu ne seras pas étonnée si ça continue”. Je luis ai quasiment raccroché au nez pour m’en débarrasser.

C’était le 29 juin dernier, et en effet il y eu une recrudescences de problèmes tellement ciblés qu’ils sont des aveux en soit. Et elle que bien sûr j’ai bloqué depuis, ben quand je lui ferme la porte elle revient par la fenêtre, et elle ne cesse de me relancer en simulant la surprise et l’incompréhension.

Élément significatif supplémentaire, très récemment entendu par les indiscrétions et les commentaires qui continuent sous mes fenêtres, j’ai appri – en réaction aux sabotages ciblés et aggravés qui continuent – l’étonnement de certains membres locaux échangeant sur leur étonnement autour du fait qu’il m’avait été octroyé de ne plus être démolie. Je vous le jure sur ce que vous voulez, c’est l’expression qu’ils ont utilisé.

Quelle confirmation ! Quelle générosité !

Mais alors ?… Nommément qui a ordonné à Martine Fernadez  récemment retraitée de l’Assemblée Nationale de me menacer directement ? Et pour qui nommément il a été exigé d’elle qu’elle me menace directement ?

IV Macron a ordonné mon assassinat

   Normalement pour le proxénétisme commandité vous êtes déjà au courant, je vais donc développer ce point.

Il existe un service d’élite, des assasins aux aux ordres directs de celui qui occupe la fonction de Président de la République, en l’occurence malheureusement encore pour l’instant Macron. Si vous voulez voir, vérifier, l y a eu un des entretiens de Hollande avec Davé et Lh’omme qui en plus avait été filmé et pendant lequel il lui avait été apporté en grande pompe le billet à ordre pour qu’il le signe personnellement manuscritement, et Hollande avait expliqué. Lorsque l’ordre est celui de tuer, celà ne peut arriver qu’avec la signature personnelle et manuscrite de l’occupant actuel de l’Elysée. Et même ce service à une limite pénale claire concernant le fait d’assassiner sur ordre : pas de citoyen français sur le territoire français.

Sinon cela relève du pénal, et ils prendraient au moins 15 ans ferme, vu les criconstances aggravantes de représentant de l’état, en plus surentraîné à qui on a appris à tuer.

Faut-il le préciser, je suis une citoyenne française et Angers est en France.

J’ai signifié sa fin de non recevoir à Macron, pour des raisons et dans des circonstances sur lesquelles je me suis précédemment largemet expliqué, en octobre 2017. J’ai toujours le mail.

En remerciement, la soi-disant insignifiante mytho de petite médium surnommée depuis par les services de l’antiterrorisme et peut-être pas que par eux : “Wonderwoman”, j’ai eu droit à ses assassins et pas qu’une fois. Heureusement pour moi par ma médiumnité je suis avertie des principaux dangers, surtout quand il est prévu de me tuer.

Je vous en relate une qui n’est pas la première.

J’étais Place du Ralliement, sur le quaie du tramway direction La Roseraie, et je guettais la montée du tramway depuis la station Molière. C’est justement en le guettant que j’ai identifié le premier des trois, ouais trois types surentraînés contre une femme seule. Même en civil en train de faire semblant d’être des badaux, des types avec la morphologie l’attitude et les réflexes inhérents à leurs entraînements et missions… c’est pas compliqué à repérer. D’ailleurs celui-là a sursauté quand il s’est aperçu que je le fixais et qu’il était grillé avant lui de m’avoir aperçue. Le second faisait semblant de venir incidamment de la direction du théâtre, quand au troisième il est arrivé depuis le haut de la place. Les trois ne portaient rien, je suis prête à parier que le rien incluait des papiers d’identités, et ils ont fiévreusement fait semblant d’être occupé à quelque chose en se tenant à deux trois mètres de moi, la bonne distance pour d’un bond et d’un seul me pousser sous le tramway. Ils se sont pas spécialement foulé pour l’inventivité et la discrétion.

Apparemment ils savent comprendre le langage corporel. À ce moment-là ma colère était à un tel niveau que s’ils s’étaient permis d’aller plus loin il y en a au moins un qui y serait rester, parce qu’il était pas question qu’en plus d’ordonner personnellement et en totale illégalité mon assassinat j’accorde la satisfaction à Macron de me voir réduite en viande hâchée sur les rails du tramway en pleine journée aux yeux de tous dans la ville de son nouveau tellement copain Béchu.

Ils ne l’étaient pas avant moi.

Emmanuel Macron a ordonné mon assassinat, dans un contexte totalement illégal, intentionnellement, personnellement, manuscritement.

Emmanuel Macron a ordonné mon assassinat.

VOILA LA RÉALITÉ DES FAITS TOUJOURS IMPUNIS ET MÊME PAS ENCORE LARGEMENT MÉDIATISÉS  !…

Fait à Angers par Amandine Roy le mercredi 16 septembre 2020.

(après qu’aucun journaliste ait pris la peine de se déplacer)

 

Seule

Moi j’ai tenu parole. Je suis en place… Et personne. Même pas celui que j’avais entendu dire qu’il suffisait d’être là à 16h00.

Alors qu’ils sont venus en masse le 12 août.

Voilà ce qu’est devenu la profession de journaliste.

Moi je vais assumer.

Ce qui m’arrivera en insultes, menaces, agressions, et ou tentatives renouvelées d’assassinat que je ne peux qu’espérer que cette fois encore je déjouerai.

Eux… Cette profession… Ils en seront tous coupables…Définitivement coupable.

Bande de lâches qui me laissent à crever alors que j’appelle à l’aide depuis plusieurs années.

Vous laissez Macron m’assassiner.

Amandine Roy.