Question gratuite N°=8 du vendredi 23 mars 2018

Tulipe 10

« JE VOUDRais savoir pour le domaine professionnel… merci », C…

C’est chaotique. Pas de procédure officielle de changement d’orientation, mais envisagé. Stage. Le commerce n’est pas le meilleur pour toi. Ça va se dégager complètement en 2020. Petits boulots avant. Mi-temps. Beaucoup d’énergie pour pas grand chose. Très décevant. Accroche-toi, la stabilisation viendra.

Amandine Roy.

Question gratuite N°=7 du vendredi 23 mars 2018

Tulipe 08

« Je me permets de vous poser une question à propos de mon mari […] je souhaiterais savoir si il va s’apaiser etre plus serein ??? ça devient lourd pour moi », C…

Pas dans les deux ans. Je n’ai pas le droit de mentir aussi je dois préciser que le mot calvaire a été prononcé et que l’on m’a parlé de risque de passage à l’acte. N’oubliez pas qu’il y a le mot risque avant passage à l’acte. On m’indique également clairement le mot médicament. Évidemment je ne suis pas médecin mais on me fait comprendre qu’il a besoin d’un accompagnement par des professionnels de la santé.

Vous concernant il a été dit : « presque sainte ».

De tout coeur avec vous.

Amandine Roy.

Entraînement médiumnique N°=1

32-grands-arbres-pour-situation-isolee

La pédagogie permet le recul de la méconnaissance et favorise votre autonomie.

Aujourd’hui je lance une nouvelle catégorie d’article avec le titre ci-dessus : « Entraînement médiumnique », dont voici le premier.

Pour vous situer le contexte, j’ai décidé de rajouter deux derniers exercices au stage de samedi dernier bien que ce soit le stage N°=1. Je les sentais bien mes stagiaires du jour. En effet des profils divers, l’après-midi a été très intéressant.

Et le tout dernier exercice était cette question : « Le prochain attentat en France… »

Ce questionnement concentre à lui seul les difficultés liées à l’exercice de la médiumnité. Le médium étant son propre outil, avec toute la subjectivité qui lui est propre, se trouve directement confronté à toute la bassesse et la violence dont sont capables certains êtres humains, et mécaniquement il se trouve aussi confronté à toutes les émotions et sensations que ça déclenche chez lui, ou elle ; et paradoxalement c’est un des sujets qui nécessite le plus de détails concrets ou à tout le moins des informations concrètement utiles.

Les professionnels susceptibles d’être les destinataires, pouvant être amenés à intervenir en amont pour tenter d’éviter, c’est quand même l’idéal, ou au moins à contenir et à exploiter à fond les pistes pour en éviter d’autres, eux se fichent des émotions et des sensations du médium ou de la médium.

Énervant par moment, mais logique.

Et cette double contrainte de soi et de la nécessité d’informations concrètes, si vous ne vous y frottez pas, vous laisse au milieu du gué avec tous vos doutes y compris sur vous-même le maximum émotionnel qui va avec et après coup avec la culpabilité.

D’où l’intérêt de s’exercer.

Au moment où j’ai écrit cette dernière question sur la trame du stage il m’a été précisé : « La guerre avant le gros attentat ».

Au moment de l’exercice en lui-même que j’ai fait avec les stagiaires il a été ajouté :

« Quelque chose en octobre de petit. En novembre exactions. Attentat que attentat pas avant 2019. Pas Paris mais presque. Pas de grandes installations, les gens. Pas de bombes mais explosif. Très traître. Des Allah akbar. Que deux. Un qui surveille un qui fait. Très jeune, vraiment très jeune, presqu’un enfant. Pas turc mais assimilé. De la petite fille déchirée de 5 ans. Il s’explose pas de procès. L’autre plus lâche, plus âgé, plus barbu, impossible à décoincer. Il ne parlera pas non plus. Tout un réseau derrière il ne dira pas. Salah Abdelslam. Deux, l’un à la suite de l’autre.. Des dirigeants. Des banques. Des banques d’affaires. Des tours presque jumelles. Le quartier est identifié. »

Ce sont des facultés.

Plus on fait plus on sait faire.

RDV au prochain entraînement.

Amandine Roy.

Question gratuite N°=6 du mardi 20 mars 2018

Tulipe 07

« Je voudrais savoir mon avenir sans lui. », A…

Difficilement. Le lien trop fort. Difficile de s’en défaire. Même si on veut. Tu dois trouver une autre accoutumance, quelqu’un d’autre à aimer. Ça passe par un autre. Pas le même goût mais il faut continuer.

Tiens bon ma fille.

Trois mois de galère sont terminés.

Amandine Roy.

Question gratuite N°=5 du mardi 20 mars 2018

Tulipe 06

« J’ai perdu ma maman le 04 avril […] je voudrais simplement savoir si elle va bien à présent et si, de l’autre côté, elle pense à nous. Je n’ai pas de signe particulier ou je ne les identifie en tant que tel, peut-être. », M…

« C’est récent. N’attends pas un discours maintenant. C’est ton père qui parle. Les encoignures on connaît. Les dégâts on connaît. Attends-toi à du temps avant que s’exprime ta maman. »

Je sentais bien qu’elle ne pouvait pas s’exprimer, là c’est confirmé.

Elle est beaucoup dans la cuisine. Elle se partage entre la cuisine et le salon. Elle essaie de tout bien comprendre. Elle aime bien les plantes. Elle écrit au tableau. Une sorte de retour en enfance lui est nécessaire pour réparer. Dans 8 mois elle pourra s’exprimer.

Amandine Roy.

Dernier message

Le jour même j’ai publié ce dernier message pendant environ deux heures d’abord pour qu’on ne puisse pas dire que je publie après coup pour mettre ma parole en doute et ensuite pour que les informations en elles-mêmes ne soient pas l’objet d’une utilisation néfaste avant l’échéance comme mon avertissement d’un important attentat sur des installations électriques d’octobre dernier.

Je vous laisse en prendre connaissance.

Amandine Roy.

Question gratuite N°=4 du jeudi 15 mars 2018

Tulipe 05

« Donc ma question est au sens large : ma patience est-elle mise à l’épreuve en attendant que les choses se mettent en place pour un avenir meilleur ; ou dois-je modifier mes projets notamment professionnels sur Angers ? », S…

« Ses épreuves de vie ne sont pas finies, ce n’est pas la plus importante. Tiens ma fille. »

Plus spécifiquement , la réponse à votre question est : les deux.

Dans ce milieu plus que d’autres il y a les mots que l’on dit devant vous, rarement les mêmes voire pire en dehors de votre présence, il y a aussi les sourires empathiques de façade… et après il y a la réalité des faits.

Se dire avec vous pour ne pas être seul, parce que vous avez des compétences qui attirent, parce que vous amenez un carnet d’adresses qui intéresse, ne sont absolument pas des garanties pour vous in fine de pouvoir en vivre comme d’un travail à temps plein.

Malheureusement cette question est représentative d’une tendance à la mode.

N’oubliez pas d’identifier les intérêts pécuniers eux des personnes qui vous appâtent en prétendant vous lancer ou participer de votre lancement dans l’appréciation objective autant que possible de votre situation.

En fait il y a deux questions dans votre question : celle concernant la pratique et celle concernant une rémunération digne et correcte.

Est-ce que vous pouvez pratiquer, oui bien sûr. La question de vos capacités ne se pose pas. On m’a parlé d’EHPAD.

Est-ce que vous pouvez espérer une rémunération comme celle d’un travail à temps plein, clairement non.

Après votre vie vous appartient.

Un travail classique, plus classique en tout cas, vous ferait du bien.

À vous de décider.

Amandine Roy.

 

Question gratuite N°=3 du mercredi 14 mars 2018

Tulipe 04

« Vers quel horizon professionnel dois-je m’orienter pour à la fois gagner correctement ma vie et m’épanouir ? », M…

Un changement d’axe sans réorientation. Cherche fonctionnaire. La loi. La loi. L’épanouissement à côté. Demande pas tout à la fois. Tu fais vivre c’est bien. Mari soutien. Enfant plus loin. Pas s’arrêter de vivre pour l’énervement, il y en aura toujours assez. Ça peut se traduire sous deux ans. Regarde les opportunités. Bonjour. Mamie.

Ça va pour aujourd’hui, elle te reverra la prochaine fois. Bise.

Amandine Roy.

Question gratuite N°=2 du mardi 13 mars 2018

Tulipe 03

« Quelle est à aujourd’hui la mission qui m’incombe dans cette vie ? », P…

Le mot « mission » est à prendre au sens large. Je me méfie toujours avec ce mot parfois trop compris au pied de la lettre.

En réponse à ta question on me parle de douceur de vivre, le mot douceur est répété plusieurs fois.

Tu as peut-être l’impression de prendre déjà soin de toi et d’accorder suffisamment d’importance à ta personne, mais il est clair que tu n’as pas fini de cuver si tu permets ce mot la douceur de vivre qui t’es due, en tout cas celle à laquelle quantitativement tu as toujours droit.

Et on insiste en me disant que c’est le principal.

On me montre aussi un jardin et un chat, toi avec un chapeau de paille.

Apprécie.

Déguste.

Tu vois, tu y as droit.

Amandine Roy.