Risque attentat

Soutenir la Prévention du risque attentat

prévenir le risque attentat

Vous êtes nombreux à être sensitifs et à le taire plus ou moins totalement. Cet ensemble de facultés qui ne sont pas des dons ne sont pas l’apanage des professionnels du secteur officiellement « étiquetés ».

Des personnes qui m’avouent… comme si c’était sale ou criminel… avoir eu des informations sur un attentat à venir, il y en a eu.

Des personnes qui me demandent directement comment et à qui moi je transmets, il y en a eu aussi.

Et vous êtes plus nombreux à garder le silence.

Je connais la frustration de ne pas savoir à qui s’adresser pour avoir une chance d’être pris au sérieux et d’être utile.

Je sais toute la culpabilité que l’on éprouve devant les images des victimes à se demander en boucle si on aurait pu aider.

Avec la forte accélération actuelle du nombre d’attaques terroristes il n’est plus temps d’attendre vainement que les mentalités évoluent.

Bien sûr vous n’aurez jamais tout sur tout. Peut-être même que vous ne comprendrez pas tout. Mais s’il vous plaît ne gardez pas ça pour vous, transmettez.

Tout ce qui peut être évité est bon à prendre.

Vous n’êtes pas obligé de vous rendre dans un commissariat ou une gendarmerie où ils sont déjà surchargés pour le faire. D’autres moyens de communication existent qui permettent de transmettre en toute discrétion sans en faire étalage sur les réseaux sociaux.

Les apprentis terroristes et leurs entourages sont aussi sur les réseaux sociaux.

Pourquoi prendre ce risque puisque c’est très simple ?

Si vous avez des informations, contactez-moi, je vous dirai où écrire.

Si vous n’osez pas le faire vous-même, j’écrirai pour vous.

S’il vous plaît, osez !!!

Amandine Roy.

PS : si vous approuvez cet article, merci de le commenter et de le faire circuler autant que possible, merci d’avance.

Suite à l’article : « À mon grand regret », voici ce qui m’a été transmis.

Prévention du risque attentat octobre et novembre 2017

Incendie de la gendarmerie de Meylan.

Lors des informations transmises en médiumnité le 18 octobre dernier et transmises à mon tour par deux fois aux autorités les 18 et 19 octobre derniers il était question d’un petit attentat (le procureur a envisagé d’abord une enquête pour acte terroriste avant de se raviser), en octobre (le 26 octobre c’est bien en octobre), qui serait une agression caractérisée (maintenant c’est une enquête pour acte criminel).

La partie que j’avais le moins compris s’éclaire complètement, s’est éclairée complètement, quand j’ai su que c’était une gendarmerie plus spécifiquement le bâtiment où logent les familles qui était visé.

En effet ce sont les gendarmes qui sécurisent les fêtes nationales dans les zones non urbaines qui sont la majorité du territoire et ils n’étaient pas à la fête sur ce coup-là. Oui ils sont liés à la nation puisqu’ils assurent les fonctions régaliennes de l’état sur les territoires où ils exercent leur autorité. Oui ils ont une identité forte. Oui ils sont une communauté car ils logent sur place avec leurs familles en caserne.

Et oui il aurait pu y avoir une petite fille victime car c’est le bâtiment où logent les familles qui a été lâchement visé en pleine nuit avec une sortie cadenassée, sachant que ce qui tue le plus les victimes d’incendie ce sont les fumées toxiques bien avant le feu en lui-même.

L’intention de tuer est flagrante.

Je me réjouis que les gendarmes bien entraînés et les pompiers rapidement arrivés aient réussi à éviter qu’il y ait une ou plusieurs victimes.

Cette fois ils n’auront pas réussi à tuer.

De mon côté j’avoue que je reste un peu sur ma faim.

J’aurais préféré qu’on me dise clairement qu’il s’agissait d’une gendarmerie.

J’espère obtenir plus de précisions à l’avenir.

Bien à vous.

Amandine Roy.

 

image121

La médiumnité a pour avantage lorsque l’on se trouve en grand danger de blessures graves ou de mort, d’en être averti avant ou en temps réel, ou les deux.

Bien sûr j’adorerais que ce soit systématique et être prévenue rapidement… pas plusieurs mois après.

Par deux fois alors que j’aurais pu, dû, y rester, j’ai été épargnée parce qu’avertie et aidée.

Donc je ne néglige pas ce genre d’avertissement.

Et pendant plusieurs heures le samedi 28 octobre dernier mes oreilles ont bien chauffé. Le pic de risque se situait entre 17h00 et 20h00. On me l’a bien répété.

Mon blog a été trouvé par des personnes liées à l’attentat « électrique » annoncé pour début novembre. Ils ont déversé beaucoup de colère sur mon nom, décidé de venir me tuer, et se rengorgeaient sur comment ils allaient tirer à travers ma porte avec moi derrière.

Évidemment il n’était pas question d’attendre bêtement chez moi que ça arrive.

Évidemment je ne vais pas préciser l’endroit que j’ai rejoint pendant plusieurs heures.

Un peu avant 20h00 on m’a prévenue qu’ils avaient finalement décidé que je n’étais pas suffisamment importante. (Coup du trajet, mise en péril potentielle de leur plan d’attentat…)

Au cas où j’ai gardé ça pour moi.

Mais nous sommes le 10 et force est de constater qu’il n’a pas eu lieu.

Je crains qu’ils attendent exprès pour décrédibiliser ma parole et s’organiser un « nouvel » effet de surprise.

C’est pour ça que j’ai décidé d’en parler aujourd’hui.

Ce serait préjudiciable de croire que c’est oublié.

Et je le précise d’autant plus qu’il vient de se dérouler une attaque délibérée avec une voiture du côté de Toulouse… « Pas le sud mais presque »… « Un foyer d’islamistes »…

Je vous invite à relire les informations publiées précédemment à ce sujet.

Tout ce qu’on parviendra à s’éviter est bon à prendre.

Bien à vous,

Amandine Roy.