Le sucre et le miel

640x350_6142

Marre de la bagarre, des malfaisants, et de cette obligation de vigilance à assumer sauf à être idiote.

Finalement le plus irritant c’est le temps de vie dont on se retrouve privé.

Ironiquement il faut commencer par ne plus s’en irriter  pour ne pas en perdre plus à défaut d’être débarrassé définitivement car cela ne dépend pas que de soi.

Les nouvelles rencontres, les soirées prolongées, les fous rire, etc…, sont autant de petites victoires qui vous rendent agréable la vie, la vôtre, enfin.

Des égos disproportionnés médisants et malfaisants on en trouve toujours trop, ne leur faîtes pas le plaisir de vous consacrer à eux à travers les dégâts qu’ils se réjouissent d’engendrer.

Pas question qu’ils soient en plus prioritaires.

Vous êtes prioritaire.

Votre vie reste prioritaire

N’oubliez pas le sucre et le miel.

Bon weekend à tous.

Amandine Roy.

In spiritum

p10805862On m’a rappelé récemment que le mot« inspiration » vient de cette expression latine qui signifie littéralement « l’esprit en soi ». Qu’il s’agisse d’une forme de communication avec la part la plus spirituelle de notre être ou d’un coup de pouce bien intentionné de personnes non physiques ayant autrefois exercé dans votre domaine, le principe est assez clair. C’est limite une question de bon sens.

Les artistes et les chercheurs quels que soient leurs modes d’expression ou leurs domaines d’expertise bénéficient de cette inspiration. Et comme ce mot est politiquement correct, pas troublant pour deux sous, l’honneur est sauf et l’on peut égotiquement s’attribuer la paternité et donc la totalité des mérites… au lieu de dire MERCI !!! Mais l’on peut se fourvoyer aussi de bonne foi, si j’ose le dire. De fait pendant 18 ans je me suis crue très inspirée, seulement inspirée sans être consciente de ce que cela voulait dire.

Ce mot « inspiration » est une sorte de mauvais camouflage des temps modernes pour toute forme de communication non physique, un arbre qui cache la forêt et derrière lequel certains se planquent hypocritement alors que d’autres aveuglés par leur déni ne voient même pas la forêt.

Tant d’agressivité et d’ignorance en découle…

Amandine Roy.

(janvier 2012)