Moi j’ai tenu parole. Je suis en place… Et personne. Même pas celui que j’avais entendu dire qu’il suffisait d’être là à 16h00.

Alors qu’ils sont venus en masse le 12 août.

Voilà ce qu’est devenu la profession de journaliste.

Moi je vais assumer.

Ce qui m’arrivera en insultes, menaces, agressions, et ou tentatives renouvelées d’assassinat que je ne peux qu’espérer que cette fois encore je déjouerai.

Eux… Cette profession… Ils en seront tous coupables…Définitivement coupable.

Bande de lâches qui me laissent à crever alors que j’appelle à l’aide depuis plusieurs années.

Vous laissez Macron m’assassiner.

Amandine Roy.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :